Vidéos

La voix du père symbolique

« Qui ?, au-delà de celui qui parle au lieu de l’Autre et qui est le Sujet, qui y a-t-il au delà, dont le Sujet, chaque fois qu’il parle, prend la voix ? »
J. Lacan. Les noms du père. Séminaire inédit du 10/11/1963

Je vais essayer de préciser la fonction du père symbolique dans la mesure où elle permet d’évaluer ce que nous appelons le bain de langage indispensable à l’humanisation de l’enfant et, dans la cure, à la symbolisation.

Pour avancer, je m’appuierai sur l’énigme d’une rencontre archaïque (1) entre l’universel du langage spécifiant le pôle paternel et l’univers d’une langue privée, la langue maternelle. Si cette rencontre (2) est d’une inestimable valeur, c’est parce qu’elle conduit à l’inconscient de l’enfant comme création.
Continuer la lecture de « La voix du père symbolique »

APPROCHE DE LA QUESTION DU FEMININ*

En regard de l’enseignement de Freud et de Lacan

Je vais essayer de m’approcher du féminin dans le prolongement du savoir freudien lu par Lacan. Dans cette perspective, j’examinerai, dans un premier temps, la récusation du féminin à partir de « psychogénèse d’un cas d’homosexualité féminine »[1]

, texte écrit par Freud en 1920, dans un second temps, je déploierai la mise à la question du féminin lors de l’apparition de l’Autre, enfin, je proposerai une articulation entre la pulsion invocante et le féminin.

Freud et la récusation du féminin

Freud est amené à rencontrer une jeune fille de 18 ans, adressée par son père à la suite d’une tentative de suicide. Il apprend que, vers l’âge de 4 ans, cette jeune fille a découvert la différence des sexes lorsqu’elle a vu les organes génitaux de son frère aîné.
Continuer la lecture de « APPROCHE DE LA QUESTION DU FEMININ* »